Critique: P.A.P.A. - Xtreme Centre

Par le mercredi, 14 août 2013 23:34 | Critiques CD

WOW. C'est le seul mot, sérieux. (HOT DAMN pourrait aussi faire, mais une autre fois.)

Je fais cette critique 100% objectivement, j'avais jamais rien entendu de P.A.P.A. (Pas d'Argent, Pas d'Agent pour les intimes) avant ça. Jamais entendu rien de Feuilles et Racines (et c'est toujours le cas en fait), j'avais seulement vu le clip de Ouv' un liv' ce printemps lorsqu'un thread avais été posté sur le forum Hiphopfranco mais j'avais brush off ça de mon esprit completement... jusqu'à la sortie de l'entrevue réalisée par Virulent avec P.A.P.A. au lancement de son album y'a un peu plus d'un mois de ça. La mentalité du gars m'a intrigué, très hippiesque, reggeaesque avec une petit côté révolutionnaire tout en étant un brin hédoniste et chilleur, et c'est exactement ce qui est reflété dans l'album.

Des beats très semblable au mouvement beast coast qui fait présentement rage à NYC avec des têtes d'affiche comme Underachievers, Flatbush Zombies, Pro Era, Bodega Bamz et autres. Pourtant où ces artistes se "perdent" un peu à parler presque seulement de high-fashion et de blunts, codéine ou molly, P.A.P.A., lui, arrive avec des textes conscients et révoltés. Un léger mix de Huey Freeman et du A$AP Mob.

Huey Freeman rencontre A$AP Mob

Les beats sont trippy, profonds, avec une grande présence Piu-Piutique – mais en même temps, faut pas s'en surprendre quand 4 beats sur 7 sont produits par des membres du Alaiz Crew (Kaytranada, Da-P et High-Klassified) qui est une des figures majeures du mouvement Piu-Piu. Tous les beats sont mit parfaitement en place, des samples de musique de RPG 8bits et 16bits, des passes de chopped & screwed qui fittent très bien dans le vibe de l'album, une intro totalement enivrante avec des murmures subtiles et une conversation apparemment faite après le passage d'un petit bout de papier sur la langue des interlocuteurs (après le succès que la mixtape ACIDRAP du rappeur chicagoan Chance The Rapper, ça peut sûrement pas être un mauvais move).

Les sujets sont tout ce qu'on peut s'attendre d'un album de reggea ou de punk (vrai punk)... ou peut-être du film Fight Club. Une haine envers le système, un esprit do it yourself très prononcé et même une certaine tendance socialiste et écologiste. En gros, un beau "fuck le système en place, j'm'en va dans l'bois". L'album n'amène peut-être pas de solution aux problèmes du capitalisme, mais il démontre très bien les problèmes actuels.

"Faut vivre comme chez les Schtroumpfs"!

 

 

Suivez P.A.P.A. Xtreme Centre sur FacebookTumblr et Bandcamp.

Suivez DISQC sur FacebookTwitterInstagram et YouTube.

Alex Bakk

Chroniqueur.

Jeune trifluvien de 19 ans, originaire de la Rive-Sud de Montréal, passioné de rap US. Donc pourquoi pas essayer de donner de l'exposure au côté Anglo du Québec ?

Site internet : twitter.com/Bakobak E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

comments powered by Disqus