Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 204

Critique: Cheak - Refus global

Par le mardi, 06 janvier 2015 02:32 | Critiques CD

Le refus global de Cheak c’est du "crazy-jazzy-hardcore-hiphop-grunge", comme il le dit lui-même. Un peu comme Paul-Émile Borduas, Cheak remet en question les valeurs et n'adhère pas aux modes habituels du monde.

Le "refus global" est avant tout un constat du déclin de l’humanité. C'est pesant dès l’intro, et il l'annonce clairement qu’il n’y en aura pas de facile. Dès le départ, on sent la solidité dans le discours et ceci même lorsque les morceaux sont plus spirituels. L'humour y est d’un ton piquant. Une sensation intransigeante nous envahit dans la mise en garde qu’il exprime face à notre monde, même s'il y du chant qui adoucit son message par moment.

On se doit de lui lever notre chapeau pour les solos d'instruments de musique qui rajoutent à la force des mots. Mots qu’il utilise pour décrire la situation dans les villes et dans les régions.

La musique sur ce projet est plus que travaillée : elle respire les choix minutieux d’un homme qui connaît sa province et qui expérimente convenablement son monde.

Les enchaînements se font avec talent vers une succession de rimes "coup de poings" sur des airs jazzy, rock ou reggae dans lesquels tel un "bourreau bénévole" à la "douceur du papier sablé" et à "la partialité d'un juge émotif", Cheak nous offre des images irrésistibles digne de la "droiture d'un gauchiste" pour reprendre ses mots.

Dans cet album vous entendrez du piano, des trompettes, de la guitare, de la musique purement hip-hop et bien enchaînée avec de belles mélodies; vous découvrirez de très beaux "bridges", pleins de mots adroitement choisis sur un flow tantôt hargneux, tantôt rapide comme l’éclair, et toujours bien exécuté.

Ce monsieur met les pendules à l'heure de manière claire et définie à l'instar de son attitude face à l'industrie et au gouvernement quand il dit : "préférer fumer du cannabis qu'être au gala l'ADISQ".

J'aimerai citer toutes les belles images, mais je vous laisse le plaisir de les découvrir dans les 12 pièces qui composent l’opus qui fini par vous laisser sur votre faim en vous demandant à quand le prochain concert ou le prochain album.
 


Il a bel et bien "passé ses études sans passer d'examen", de sons en sons ce n'est que ça : des images et des jeux de mots qui portent à la réflexion. Je vous en cite une autre : "nous faire avaler des énormités comme un tank qui roule sur des orchidées, c’est ça la corrosion de la conformité". Refus global est un constat profond et brut à l'égard de notre démocratie tachée de sang.

L'ambiance musicale, la profondeur et la personnalité des histoires coupent le souffle.

C’est le genre d’album qui s’écoute pendant plusieurs saisons ou pendant un long voyage sur répétition, lors d’un vol d'avion interminable ou en allant au dépanneur et finalement on se retrouve à faire le tour du quartier pour l’écouter en promenade.

Les amoureux des jeux de mots ardents et de paroles sérieusement recherchées seront bien servis. Mon coup de cœur va au morceau Mauvaise passe et son instrumental, mais surtout au message encourageant qu’il contient.

C’est le genre de projet qui pousse à faire ses devoirs, à aller chercher, à aller gratter pour mieux comprendre qui est l'artiste; le genre de projet qui fait réaliser que l’artiste a produit sa musique seul et en invitant quelques musiciens; le genre de projet qui fait réaliser que l'artiste a choisi un titre d'album en relation avec le nom d'un mouvement qui voulait opérer une cassure dans le milieu artistique d'ici d'il y a plus de 50 ans; le genre de projet qui fait lire et découvrir bien plus que ce qu'il a écrit; le genre de projet qui amène autre part.

 

> Regardez nos photos du lancement officiel de l'album Refus global !

Suivez CHEAK sur Facebook
Suivez DISQC sur FacebookTwitterInstagram et YouTube

Auteur: Ibou Sans H (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)


comments powered by Disqus