Entrevue: P.A.P.A. - Xtreme Centre, jeux vidéos, reggae et révolution mondiale

Par le vendredi, 28 juin 2013 11:26 | Lancements
Sairom et P.A.P.A. Sairom et P.A.P.A. Entrevue et photos par ViRulent

P.A.P.A. (Pas d'Argent Pas d'Agent) est un rappeur originaire de la ville de Québec. Il vient de sortir Xtreme Centre en solo, mais il avait commencé à se faire connaître en 2011 avec le groupe Feuilles et Racines. Sairom est un beatmaker, également originare de Québec. Il a produit 2 instrumentaux sur Xtreme Centre et il produira le prochain album de P.A.P.A. dans son entièreté. Entretient avec P.A.P.A. et Sairom, mardi soir, au Divan Orange (4234 Boul. St-Laurent, Mtl.)

papa_xtreme-centre

DISQC : L'album s'appelle Xtreme Centre. J'présume que c'est en opposition à l’extrême droite pis l'extrême gauche?

PAPA : Pas par opposition, mais par rassemblement.

C'est juste pour montrer le côté un peu obsolète de ces définitions-là. J'pense qu'il y a des enjeux qui sont plus importants que ces catégorisations politiques. J'pense que c'est le temps de se rejoindre sur des causes qui sont communes pis travailler là-dessus. Peut importe l'idéologie politique, tu comprends.

C'est pour ça que j'ai mis Xtreme Centre. C'est aussi le retour à l'individu vers la collectivité, c'est le milieu, c'est l'âme, c'est le cœur pis c'est la tête. C'est ça l'Xtreme Centre.

Le milieu d'un X – aussi loin pourraient aller les barres du X – le milieu reste le milieu, pis c'est ça l'shit.

 

P.A.P.A. (Pas d'Argent Pas d'Agent) et Sairom Ton nom maintenant, P.A.P.A. c'est l'acronyme de Pas d'Argent Pas d'Agent, ça m'amène à te poser deux questions :

1) Pas d'Argent, pourtant tes deux vidéoclips sont vraiment haut de gamme! Comment tu t'es arrangé pour te retrouver avec une qualité hyper professionnelle comme ça?

PAPA : Ouais mais sache, mon très cher ami, que mes 2 clips m'ont coûté zéro cenne (rire). J'ai tu le droit de dire ça ou pas?

C'est juste une connexion artistique. On [avec Les Gamins] s'est rencontré par l'intermédiaire de Sabrina Gagnon Jolicoeur qui s'occupe des mes affaires. On s'est rencontré pis ça a juste trop cliqué, on est devenu potes. On a vu que c'était de l'échange de services. On est chez les Schtroumpfs, man! Tu me donnes une table, j'te donne un gâteau. Moi j'leur donne de la musique, eux ils me donne un clip...

 

2) Pour ce qui est de Pas d'Agent... Dans le contexte d'aujourd'hui  l'auto-diffusion sur Internet, l'industrie de la musique en déclin est-ce que c'est encore pertinent d'avoir un agent ou label ?

P.A.P.A. : Pas du tout, man. Si t'es capable de faire tes trucs tout seul, tu les fais tout seul. Nous on est capable de les faire tout seul. On est beaucoup, on est wise pis on est talentueux.

Sairom : Reste que la formule du mécénat ça peu aider, on a tout le temps besoin de sous. Avoir un agent, c'est sûr que ça donne un coup de main. Mais le problème là-dedans, c'est que quand tu rentres dans les agences, c'est un peu pervertir son art parce que tu ne le fais plus pour toi-même. Fait que nous autres ont est plus down avec l'auto-production. Juste par le fait que, de A à Z, c'est notre produit qui sort de nous-même, de façon real et vraie.

P.A.P.A. : Mais si un moment donné, un jour, y'a quelqu'un qui est down d'investir pis de collaborer avec nous pis il est dans la même vibe, c'est pas fermé.

Sairom : La seule condition c'est : carte blanche.

 

Quand j'ai vu le 1er clip, Ouv' un Liv', j'ai pensé « on dirait les shits de A$AP, Flatbush Zomies... du codéine rap ». C'est en écoutant l'album que j'ai réalisé que tu as un côté très « rap conscient / engagé ». Est-ce que t'irais jusqu'à dire ça ?

P.A.P.A. : Conscient, ouais, mais man...

Sairom : ...moi j'peux le décrire le style pour lui. C'est juste tenter de faire un entre-deux, entre la musique hip-hop qui est comme devenue redondante à la longue, pis ajouter un petit côté punk, qu'on ressent en dedans de nous. C'est de faire brasser les foules, mais en même temps être assez conscient pour rentrer dans leur tête pis passer un message, tu comprends. Fait que c'est une musique qui, en live, peut faire exploser les gens. Pis en album, juste les faire se pencher sur eux-même pis leurs réflexions. Fait que tu peux dire, ouais, c'est conscient...

P.A.P.A. : Ouais, c'est conscient, mais c'est pas forcé…

 

P.A.P.A. (Pas d'Argent Pas d'Agent) et Sairom T'utilises des expressions comme « Bloodclat »« Fiya Bun Dem »... Du gros patois jamaïcain.... D’où ça te viens ?

P.A.P.A. : Yo man, le système va brûler dans les flammes, ça fait un siècle que le reggae le répète!

Sairom : Neto Yuth! Shout out!

P.A.P.A. : Sérieux, nous on a écouté beaucoup de Lyricson, évidemment Bob Marley, les vrais groupes reggae, Alpha Blondy... Mais d'où ça nous vient? Ça nous vient de Québec... mais tsé, de Jamaïquébec (rire), de North-Jamaica (rire)...

Sairom : ...parce qu'y'avait notre pote Neto Yuth qui faisait beaucoup de sound systems à Québec dans le temps, pis on se promenait un peu là-dedans.

P.A.P.A. : Pis celui qui a mixé l'album, CRi, avant il chantait du reggae dans Feuilles et Racines, il amenait la reggae vibe. Pis c'est ça, on a écouté beaucoup de reggae, on a fumé beaucoup de spliffs...

Sairom : Pis c'est resté...

 

En plus de Kaytranada, t'as 2 beatmakers sur ce projet-là, Da-P et High Klassified, qui font souvent des beats inspirés par la musique de jeux vidéos. Tu mentionnes aussi deux consoles : la Sega Genesis pis la PlayStation... Est-ce que t'es un gamer ?

P.A.P.A. : (Rire) Ouais, j'aime ça gamer. Mais justement, j'ai remisé ma PlayStation parce que ça m’empêchait de lire. J'avais ma PlayStation 3 pis j’arrêtais pas de jouer à Call of Duty.

Sairom : On l'a changé dans le salon.

P.A.P.A. : ...on a mis un jeu d'échec à place!

Sairom : Un jeu d'échec pis une radio, c'est tellement plus efficace qu'un PlayStation. Et des livres! Des livres! Mais il manque de fruits...

P.A.P.A. : Ouais c'est vrai, y'a pas tant de fruits... Mangez des fruits!

 

Au fil des 8 tracks, on comprend assez vite que t'en a contre le système, l'État, l'Église... Pis tu finis l'album en disant « Leur empire va s'écrouler bin vite » pis tu le répètes « S'écrouler bin vite ». Sur quelle échelle de temps tu vois ça?

P.A.P.A. : Man...! Ça commence bientôt. Nous on le fait craquer à notre manière : on fait pousser nos légumes, on fume nos propres affaires, on fait tout ce qu'on peut pour conscientiser les gens pis leur faire comprendre qu'y'a une autre manière de vivre que de s'faire imposer des chaînes pis des schèmes qui nous castrent pis qui nous encordent.

Ça viendra vite, je sais pas à quelle échelle... Dans pas trop long, mais en même temps, j'parlais d'ça avec mon père, man, pis il m'a dit « J'pensais la même affaire à ton âge ».

Ça m'déçoit un peu, mais ça va venir. Ça va venir éventuellement, y'a pas le choix, ça marche pus, ça craque de partout. Ça craque ici, ça va craquer ailleurs. Xtreme Centre, bozos!

 

Suivez P.A.P.A. Xtreme Centre sur Facebook et Tumblr et Bandcamp.

Suivez DISQC sur Facebook et Tumblr.

 

Xtreme Centre
P.A.P.A. (Pas d'Argent Pas d'Agent)
Chansons 8 Commentaires 0
4 out of 54 out of 54 out of 54 out of 54 out of 5
Sortie 17 juin 2013
Format Album
Style
Label

Alex Dilem

Fondateur, Éditeur, Chroniqueur, Photos preneur, Vidéos monteur, Choses faiseur, Webmaster, Anticipateur, etc.

Site internet : alexdilem.tumblr.com E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

comments powered by Disqus