Entrevue: D-Track - Abris-Tempo, folklore et freestyle

Par le dimanche, 15 septembre 2013 00:01 | Lancements
Entrevue: D-Track - Abris-Tempo, folklore et freestyle Entrevue et photos par ViRulent

Petite discussion avec D-Track, rappeur de Gatineau, tout de suite après le lancement de son album Abris-Tempo, le 3 septembre dernier, au Divan Orange (4234 Boul. St-Laurent, Montréal). On parle de son nouvel album, du sampling de musique folklorique et de sa passion pour le freestyle.

DISQC: La première chose qui m'a interpellé en écoutant ton nouvel album, c'est le côté "québécois traditionnel", un peu folklorique...

D-Track: Pour certaines tounes, j'me suis dit que ça serait bon d'échantillonner dans le folklore québécois. Aux States, ils échantillonnent beaucoup les Marvin Gaye, les Al Green... ceux qui ont marqué des générations d'afro-américains avant. Je me suis dit : "pourquoi au Québec on ne fait pas la même chose?". L'art du sampling a un côté rassembleur, les sons ont quelque chose de culturel. J'ai voulu amener ça dans mon album, échantillonner un peu plus de folklorique québécois. Mais je l'avais déjà fait aussi avant, j'avais samplé du Gilles Vigneault et d'autres trucs de même. C'est juste un truc j'aime faire une fois de temps en temps.

 

D-Track - Abris-Tempo À Québec, les gars d'Alaclair Ensemble parlent de leur style comme étant du post-rigoddon, dirais-tu que t'en fais partie?

Ouais, ouais, j'pense que j'suis l'autre branche du post-rigoddon. J'fais aussi du Piu Piu, j'suis définitivement dans ce vaisseau spatial là aussi.
 

D'ailleurs, t'as un interlude de Robert Nelson, Ogden d'Alaclair Ensemble, sur l'album. Il parle de ton rôle de gardien du Bas-Canada, sur le front-line à la frontière avec le Haut.

Ouais. Dans l'fond, j'ai fait le mix final de l'album chez eux, à Québec, chez Claude Bégin, et je connais Ogden depuis longtemps...

En fait, ce qui s'est passé, c'est que j'étais supposé avoir une toune avec Alaclair sur l'album, mais ils l'ont juste perdu dans les vapes du studio (rires)! C'est vraiment poche, parce que la toune était vraiment bonne! Je pourrais t'en parler, mais dans l'fond tu me croirais pas...

Fait que là j'ai dit à Ogden: "fais un skit, pis ça va être ça...". Peut-être qu'un autre jour on fera une toune, mais tsé, des fois c'est des trucs d'un soir, ça se passe de même, on sait pas si ça va se reproduire...

 

Au début du lancement ce soir, DJ Horg faisait ta présentation. Il a dit qu'il avait une collection de 200 tracks de toi...

Ouin, y'exagère un peu! Mais j'ai habité à Montréal environ 3 ans pis j'ai enregistré beaucoup de tounes dans ce temps-là pis c'était tout le temps chez Horg. J'étais constant pis très productif. J'fumais un peu plus de pot dans ce temps-là, j'ai oublié dans les vapes ces tracks-là (rires)...
 

Est-ce que c'est Horg qui produit tes beats?

Non, je fais mes propres beats! J'avais tout le temps mes nouvelles tounes déjà prêtes quand j'allais enregistrer chez lui. Beaucoup de ces tounes-là, je les ai jamais sorti et je ne les sortirai jamais. Lui il les a encore, contrairement aux gars d'Alaclair qui perdent leurs tounes (rires).
 

Le premier track que j'ai entendu de toi, ça sonnait comme "J'fais mon rap shit... sur mon rap sheet".

Ohhh shit, ouin, c'est ça, c'est dans ce temps-là, quand j'enregistrais beaucoup chez DJ Horg. Ce beat-là c'est sur un sample de Coldplay si je me rappelle bien.

 

Pour ce qui est des beats de ton nouvel album, Abri-Tempo, est-ce que c'est toi qui les a tous produit?

En fait, sur cet album-là, comment j'ai travaillé, j'ai fait toutes les maquettes. J'ai travaillé le "cœur du beat" pis pour le reste j'ai travaillé avec des musiciens dans ma région, dont Pierre-Luc Clément qui a fait beaucoup d'arrangements sur l'album, il a mis sa sauce. Après ça, dans le recording, Quest (DFP) a rajouté des éléments. Et puis à la fin, dans le mix final, Claude Bégin a aussi mis sa touche. C'était comme une patate chaude que je passais à tout le monde, pis ça a fait cet album-là.

 

D-Track - Abris-Tempo

 

Je t'ai vu à la finale du End of the Weak, tu portais un t-shirt DFP. C'est un collectif dont tu fais partie?

Ouais ben, j'suis un gars de l'Outaouais... DFP dans le fond c'est pas mal tous les artistes que Quest enregistre puis j'enregistre souvent avec lui. Quest, c'est un gars que je connais depuis très longtemps, même avant DFP, c'est un très bon ingénieur de son pis il s'occupe de la scène en Outaouais...

 

Tes impressions sur la finale canadienne du End of the Weak?

Belle expérience. Franchement, j'suis vraiment content d'avoir participé. C'était stressant. C'est pas facile de faire des shows basés seulement sur le freestyle, mais ça a bien été pis j'ai fait de belles rencontres. D'ailleurs, y'avait des gens du End of the Weak ce soir, j'suis vraiment content de ça.

Pis je suis un gars de freestyle à la base. Moi, j'ai tripé sur le hip-hop quand j'étais jeune – je vais toujours m'en rappeler – c'est à cause du freestyle, l'improvisation dans le rap. J'ai capoté pis depuis ce jour-là j'me suis mis à faire mes trucs. C'est un côté du genre que j'aime beaucoup. J'adore encore freestyler avec mes chums. C'est comme un jeu. Même si c'est poche des fois. Des fois ça va bien, ça va être bon, mais des fois ça va être poche, ça dépend du mood, mais c'est l'fun.

 

J'sais pas si t'as déjà freestylé pendant une "Session Bande à Part"?

Non, c'est pas arrivé. Mais gros shout out à Bande à Part! Rest in Peace.
 

T'étais sur la compilation 93 tours de Bande à Part, avec Koriass, Dramatik, Webster, Cheak 13, etc. et ils te faisaient souvent passer sur leur radio. Ils te donnaient beaucoup de support j'ai l'impression...

Beaucoup, ouin. Ils aimaient beaucoup mes albums, ils les diffusaient. C'est l'fun en tant qu'artiste quand t'as des diffuseurs de même qui reconnaissent la qualité de ton art, tu te dis: "ok, j'fais de la bonne musique, j'fais quelque chose d'intéressant". C'est pas tout le temps facile de se faire reconnaître à l'extérieur de ses amis pis des gens avec qui on travaille...


Plusieurs grosses choses pour toi cette année. Ta participation au Festival de Musique Émergente (FME), ta place en finale des End of the Weak, ton premier album distribué en magasin grâce à une maison de disque...

Sérieusement, en tant qu'artiste, j'trouve que j'ai atteint un niveau de confiance que j'avais pas avant. Un niveau de possibilités créatives que j'avais pas avant. Notamment au niveau des beats, j'ai commencé à jouer de la guitare, jouer du piano, je comprends un langage musical que je ne comprenais pas avant. Pour moi, c'est juste mieux parce que ça me permet d'évoluer pis d'amener quelque chose de différent. Tout le temps faire les mêmes choses, un moment donné, j'pense que tu te tannes. J'creuse tsé, j'aime ça découvrir des nouvelles manières de créer pis je travaille là-dessus!

 

Regardez Promotion canapé, le premier vidéo-clip extrait de l'album.

Suivez D-Track sur Facebook, Twitter et Bandcamp.

Suivez DISQC sur Facebook, Twitter et Instagram.

 

Abris-Tempo
D-Track
Chansons 14 Commentaires 0
4 out of 54 out of 54 out of 54 out of 54 out of 5
Sortie 03 septembre 2013
Format Album
Style
Label Abuzive Muzik


comments powered by Disqus