Monk.e au Festival du Monde Arabe, avec K-Rim

Par le samedi, 19 octobre 2013 16:56 | Spectacles

Monk.e était invité par les organisateurs du Festival du Monde Arabe à offrir un concert intime et gratuit au café-bar végétarien L'Escalier. C'était ma première fois dans ce très chaleureux établissement situé sur Ste-Catherine Est, juste en face de la place Émile-Gamelin, fameux point de départ de toutes les manifestations étudiantes.

« Artiste hip-hop multidisciplinaire reconnu pour son engagement social, ses graffs, son rap et sa poésie, Monk.E vous emporte, à travers le slam, vers son Orient rêvé, accompagné de Smilé Smah », nous informe le site de l’événement.
 

La culture arabe, riche en poésie et en philosophie, a grandement influencé le Drummondvillois d'origine dans sa manière de s'exprimer artistiquement. Les pyramides, les déserts et les oasis, ainsi que les courbes de la calligraphie arabe, sont souvent représentés dans ses œuvres sur les murs des villes du monde entier.

 

Smilé n'était pas là, c'est pluôt Mark the Magnanimous de Artbeat Montréal qui assurait le contrôle musical. Seconde surprise de qualité, Monk.e a eu l'idée et la générosité d'amener avec lui K-Rim a.k.a. Jazzim, récipiendaire des prix « Street album de l’année » et « Single francophone de l’année » pour Femme plastique lors de la première édition du Montréal Hip Hop Awards.

 

Honoré par l'invitation, K-Rim a composé un poème spécialement pour l'occasion. Il y parle de l'Algérie, de sa famille, plus précisément de son grand-père qui a vécu la seconde guerre mondiale. Il y décrit la réalité de l'immigration, sur plusieurs générations, et les choix déchirants que cela implique.

 

Monk.e et K-Rim au Festival du Monde Arabe de Montréal

 

Les principaux thèmes de la soirée, partagés sous forme de slams, de raps, de poèmes ou d'improvisations, étaient clairement: l'ouverture – et même l'élévation – de l'esprit, le voyage ou plus précisément le pèlerinage, la recherche de la paix intérieure et la foi envers une paix globale, entre tous les peuples.

 

En plus des freestyles inter-galactiques dans lesquels Monk.e excelle, on a eu droit à des pièces comme Graffologie 404 tirée de l'album du K6A et Royautée oubliée, ma pièce favorite de son album avec KenLo, Destin et Beyond.

 

Un concert intime, dans une petite pièce carrée, meublée d'une dizaine de toutes petites tables rondes. Sur chaque table, un décor différent: un pichet de bière, une bouteille de vin, une théière ou encore un jeu d’échec. De mon côté, je suis assis sur l'unique divan et je termine de rédiger cet article pendant que Mark the Magnanimous fait passer des sons de Slum Village et Mos Def... Lorsque je m’apprête a partir, un groupe de musique traditionnelle arabe déballe leurs instruments: guitares, flûte, violon, accordéon et tam-tam. Autour de moi, quelques personnes commencent à taper rapidement des mains et des pieds, puis on écarte les tables et des gens se lèvent pour danser. Je reste un peu plus longtemps pour admirer la scène, quelle belle surprise!

 

Monk.e et K-Rim au Festival du Monde Arabe de Montréal

 

Texte et photos par ViRulent DiLem
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Suivez Monk.e sur Facebook et Bandcamp

Suivez K-Rim sur Facebook, Twitter et kamusik.wordpress.com

Suivez DISQC sur Facebook, Twitter, Instagram et Tumblr


comments powered by Disqus